19 avril 2013

Quand poisson rime avec poison

Les poissons sont réputés pour nous apporter des oméga-3 bénéfiques pour notre santé (équilibre nerveux, prévention cardio-vasculaire, substance anti-inflammatoire et anti-oxydante), mais beaucoup d’espèces sont contaminées par le mercure.
L’injestion de ces poissons expose au mercure de jeunes adultes et augmente de 65% leur risque de développer un diabète de type 2 (étude CARDIA - Université de l’Indiana - Diabetes Care - 19 févier 2013).

La conclusion logique consisterait donc à cibler pour notre consommation les poissons gras, peu contaminés, comme le capelan, le hareng, le saumon, la sardine…

Voici le palmarès des poissons parmi les plus contaminés par le mercure (µg/kg de chair en moyenne) :

  • Espadon (1212),
  • Requin (691),
  • Vive (763),
  • Bonite (583),
  • Barracuda (340),
  • Eperlan (325),
  • Bar (300),
  • Thon (290),
  • Flétan (209)

et ceux qui le sont le moins :

  • Capelan (5),
  • Moules (15),
  • Sprat (21),
  • Crevettes (26),
  • Saumon (31),
  • Truite (31),
  • Sardine (32),
  • Pilchard (32),
  • Hareng (36),
  • Esturgeon (40).

Derniers articles du Blog

Jeûner pour bien vieillir

Lire l'article

Fruits et légumes... Plaisir et santé

Lire l'article

Faut-il labelliser les médecines douces ?

Lire l'article